The Orientalist Museum of Marrakech est la toute dernière adresse muséale révélée au grand public de la ville ocre. Inauguré en ce mois de février 2018, le Musée Orientaliste de Marrakech est la collection de peintures orientalistes et de pur art marocain rangée par Nabil El Mallouki. Inspiré de la créativité artistique d’une classe ancienne d’artistes ayant découvert la splendeur du Maroc, ce nouveau musée est la résultante de l’initiative de la Fondation Kamil qui fut également à l’origine du Musée Macma. Partant de cette finesse de célèbres peintres allemands, français, portugais ou espagnols, The Orientalist Museum est la restauration d'un historique riad du XVIIe siècle en véritable chef d'œuvre. Bâti en plein cœur de la Médina, il se pourrait être décrit en la volonté de promouvoir non seulement les œuvres de ces passionnés voyageurs mais aussi les beautés originelles de la culture marocaine.

Après une ouverture plutôt sobrement organisée par la Fondation, c’est à l’établissement qui, aujourd’hui fait parler de lui-même. L’originalité des œuvres, le décor traditionnel et le cadre à la fois somptueux et inspirateur fondent la renommée de l’endroit. En dehors de la volonté de promouvoir le patrimoine artistique du Maroc, le Musée Orientaliste ne manque de rendre hommage à tous les artisans qui ont œuvré avec autant de talent que d’humilité » pour aboutir à sa fondation les considérant comme dépositaires d’un patrimoine extraordinaire et unique dans tout le Maghreb.

Parmi les œuvres faisant la valeur de ce musée, on peut noter la scène de dispute au marché illustrée par le peintre Erich Wolfsfeld. Ayant découvert les régions de la Turquie, du Maroc et de l’Arabie en 1928, cet artiste allemand y trouva d’innombrables idées de tableaux. Passionné, il y laissa son empreint à travers des œuvres nées de son habileté.  

Via TripAdvisor, les premiers visiteurs du musée se félicitent comme peut-on lire : "au dédale de ruelles entre musée de la photographie et la place des épices, ce musée est un renouveau pour Marrakech, nous avons apprécié cette collection personnelle fabuleuse et cette présentation au cœur d’un charmant riad".  Poursuivant, en déduira-on c’est "un peu comme une architecture de la méditation et du secret. Restauré délicatement, il dévoile linteaux, rosaces et moulures datant de l’époque Saadienne. Il est question d'un musée où les murs d'accroches sont eux-mêmes des œuvres d'art".

Enfin à l’instar de du berlinois Erich, c’est tout un grand ensemble d’artistes occidentaux d’origine qui peignirent le Maroc. Ce sont entre autres Jacques Majorelle, Ludwig Deutsch, Mariano Bertuch, Antonio Fuentes, Kees Van Dongen, Edwin Lord Weeks, Raoul Dufy, Henri Pontoy, Etienne Billet, Jean de Gaigneron etc.. qui, de par leur ingéniosité, hissent cette maison au niveau d’un musée digne d’être visité. Visitez-en ! Ce que nous avons certes manqué à préciser, c'est l'impecable terrasse pour un thé à la menthe marocain au sein de ce havre de paix.