Au-delà des frontières du royaume, la gastronomie marocaine n’arrête pas de faire parler d’elle. Les saveurs berbères font reines dans les régimes alimentaires de nombreuses sociétés occidentales. Au Canada, les couscous marocains se mettent en sachets prêts-à-emporter ; ou dira – t – on prêts-à-manger après seulement six petites minutes. C’est un exploit réussi de Khadija El Bouhali, affectueusement appelée par le sobriquet « Madame Couscous ». A la suite d’une lutte de longue haleine, Khadija a, enfin, gagné son pari : ses couscous sont certifiés Aliments du Québec. « Mes recettes sont cuites sous vide et les ingrédients sont sans additifs et préparés avec des viandes de qualité. Je tiens à ce que tout soit en règle, et que les produits que j’utilise soient tous santé. Comme ce sont des plats préparés, je veux que la qualité de ces derniers soit irréprochable. Il y va de l’image de mon entreprise mais aussi de l’image de mon pays natal (Maroc NDLR) » soutient – elle sur le site officiel de Cousmos. Vous avez, certes compris, l’ambition et la créativité qu’incarne notre Madame Couscous.

  • Qui est Khadija El Bouhali ?

Khadija est née en 1972 à Khouribga au Maroc. Huitième fille d’une famille de dix enfants ayant émigré au Québec. Après avoir obtenu un Diplôme d’étude universitaire en informatique à l’Institut Supérieur d’Informatique Appliquée et de Management (ISIAM) d’Agadir en 1994, Khadija va au Canada, en 1998, auprès de son frère et en compagnie de ses parents avec lesquels elle développe ses connaissances de la tradition. C’est depuis à l’âge de 6 ans qu’elle commença à se familiariser au couscoussier sous l’œil managérial d’une mère attentionnée, génie de la cuisine berbère. Elle a dû reprendre ses études pour disposer d’un baccalauréat québécois afin de mieux intégrer ses cités universitaires. Elle suit plusieurs cursus en administration et entrepreneuriat avant de se marier en 2004. Visionnaire et coach, elle participe à de nombreux forums en entrepreneuriat. Après le décès de son père et de sa mère respectivement en 2013 et 2015, Khadija décide de réaliser un rêve que son défunt père soutenait même sur son lit de mort. Elle s’en rappelle « J’étais très proche de mon père et à la fin de sa vie, il combattait un cancer. C’est lui qui m’a dit de me lancer, de faire mes couscous. Je ne suis pas chef, mais j’ai l’instant pour les saveurs, les textures et les bons ingrédients » puis de rendre hommage à une autre marocaine « Mon mari m’a acheté un livre, celui de Fatéma Hal, sur les saveurs du Maroc, avec plein de recettes. Je l’ai dévoré, appris l’histoire de chaque recette ; et c’est comme cela que j’ai eu l’idée de mixer les saveurs des recettes marocaines et québécoises ».

 Ainsi des mois et des mois de durs labeurs passèrent entre 2013 et 2017, et résultat : le Cousmos. Vous avez sans doute cru entendre « Cosmos » n’est – ce - pas ? Vous étiez proche sauf qu’il ne s’agit pas ici de l’Univers des planètes, mais l’univers des couscous « COUSMOS ».

  • Le cousmos et son univers

Avec Cousmos, Khadija et ses associés notamment Naima Zerroug ne viennent que de commencer un long parcours. Les produits de l’entreprise raflent de nombreux prix comme la catégorie bioalimentaire des concours québécois. L’univers Cousmos propose une gamme de couscous composée de trois différents produits. Ce sont :

Le couscous façon berbère (350g) ou « la recette millénaire au goût du jour ». Il est plutôt une idée de plus d’originalité de la cuisine d’une femme berbère faite à base d’eau, viande de bœuf, tomate broyée, pois chiches, oignon, carotte, courge musquée, navet, courgette verte, aubergine, jus de citron, épices, poivron rouge, huile de tournesol, sel, fines herbes, semoule de blé, huile de canola.

Le couscous aux légumes végétariennes (350g) ou « la solution repas végétarienne et sans gluten… ». Un couscous pour végétariens, 100 % sans gluten, sans arômes artificielles ni de colorants fait à base d’eau, pois chiches, tomate broyée, navet, carotte, oignon, gourganes, courgette verte, aubergine, poivron rouge, jus de citron, huile de tournesol, sel, épices, millet.

Le couscous façon terroir (350g), avec une touche de la gastronomie québécoise cette fois-ci. C’est selon Khadija, « la célébration de la diversité par la fusion de saveurs ». Cette solution est faite à base d’eau, poulet, oignon, tomate broyée, pois chiches, carotte, courge musquée, canneberges séchées (canneberges, sucre, huile de tournesol), sirop d’érable, sel, eau de fleur d’oranger, épices, semoule de maïs, huile de canola.

La fondatrice de Cousmos ambitionne de conquérir plus de marchés dans les années avenir. L’entreprise s’attèle à développer une politique de commercialisation incluant surtout le Maroc, la France, les Etats-Unis etc…  La gastronomie marocaine continue son chemin dans les habitudes alimentaires des millions de personnes à travers le monde. C’est pourquoi Cousmos vise plus que ces marchés « mon rêve, c’est de faire connaître Cousmos dans le monde » prévoit Khadija.

Nous, nous avons envie de savoir : à qui le tour pour le tajine ?