ACTUS. Face à l’allure inquiétante du boycott de ses produits, Centrale Danone a enfin décidé de réagir. Au même moment, les syndicalistes se sont invités dans le processus de boycott à l’occasion de la célébration du 1er mai à Casablanca. Après une publication depuis la page officielle de la centrale laitière Danone, c’est au tour du vice-président de venir appuyer l’esprit du communiqué en présentant ses excuses à « l’ensemble des marocains qui se sont sentis offensés, voire blessés par les propos d’un de nos responsables » a déclaré Abdeljalil Likaymi dans une vidéo postée par Hibapress.

 

Dans une interview réalisée par LeSiteinfo lors de la manifestation des travailleurs marocains, les syndicalistes promettent de poursuivre le boycott lancé par les internautes. «Les citoyens n’en peuvent plus. Ma famille et moi boycottons ces produits depuis le lancement de la campagne. On ne lâchera pas l’affaire » s’est plaint une des intervenantes.

Rappelons que dans une déclaration publiée dans la matinée, la filiale de l’entreprise française au Maroc, Centrale Danone, est sortie de son silence pour passer deux principaux messages : présenter ses excuses pour les propos excessifs tenus par Adil Benkirane et nier catégoriquement toute augmentation de prix du lait. « Danone n’a pas augmenté le prix du lait. Conscient de la place qu’occupe le lait dans l’alimentation et ses bienfaits pour la santé, Danone a maintenu inchangé le prix du lait depuis juillet 2013, en dépit d’une hausse continue de ses coûts de productions ».

Communiqué de Centrale Danone relatif au boycott

 

Visiblement les propos du directeur des achats de Centrale Danone tenus à Meknès ont mis de l’huile sur le feu.  Au moment où nous mettons en ligne cet article, les deux autres entreprises à savoir Sidi Ali (eau minérale) et Afriquia n’ont pas encore réagi. Pendant ce temps, des voix d’hommes d’Etat et d’artistes continuent à s’élever en faveur du mouvement de boycott « la volonté du peuple marocain » considèrent-ils.