Les premiers impacts du nouvel algorithme de Facebook, annoncé depuis la mi-janvier 2018, sont maintenant révélés. Les entreprises du monde du digital souffrent de la nouvelle maladie de diminution fulgurante d’audience créée par Marc Zuckerberg. Evidemment, les entrepreneurs marocains y compris, cette politique bouleverse les fils d’actualité des internautes.

En effet, la nouvelle stratégie consiste à mettre en avant les contenus publiés par les amis et la famille dans le fil d’actualité d’un utilisateur.

Une quinine pour les marques et entreprises

 Si ces dernières années ont été marquées par une ruée des entreprises vers le canal Facebook pour atteindre un maximum d’utilisateurs ciblés, il faudrait dorénavant investir énormément de fonds pour arriver au même résultat. On pourrait disposer des millions de likers pour sa page et sponsoriser ses contenus comme à l’ancienne mais atteindre quelques centaines d’utilisateurs.

Tous les secteurs d’activité aujourd’hui se sont liés aux réseaux sociaux : restaurants, hôtels, blogs, formation, associations, BTP, événementiels, vente en ligne… Même ce petit établissement scolaire du quartier communique à partir d’une page Facebook pour sa promotion. Les conséquences, ainsi de cet algorithme touche non seulement la vie économique, mais aussi politique et sociale.

Des victimes aux USA

Le média américain LittleThing n’a pas hésité à déclarer ce qu’il subissait depuis le lancement de ce nouvel algorithme : «Notre audience organique et l'audience venue des influenceurs ont chuté de 75%. Aucun autre changement d'algorithme n'a eu un tel impact sur nous » a indiqué Jos Speiser.

A l’instar de ce média au bord de l’hécatombe qui s’était créé une communauté de 12 millions de likers, c’est toutes les marques et entreprises qui traversent la baisse considérable de leur trafic.

En revanche, deux alternatives possibles pour les professionnels des réseaux sociaux pourraient continuer à leur servir de béquille : les groupes Facebook et les autres réseaux sociaux (twitter, instagram, linkedin, youtube, pinterest…). Naturellement, quand Marc Zuckerberg changera d’humeur encore, ce serait la dernière carte pour des centaines de milliers d’entreprises.

Ne pensez – vous pas que ce changement donne le signal fort du retour aux traditionnels canaux de marketing ?