Le Maroc a adopté mercredi 14 février une loi contre les violences faites aux femmes, discutée depuis cinq ans. Le texte incrimine pour la première fois "certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d'agression, d'exploitation sexuelle ou de mauvais traitement", selon une note du ministère de la Famille. Mais il est jugé insuffisamment audacieux, aux yeux de plusieurs mouvements féministes.

Cette loi protégera les Marocaines contre plusieurs formes de violence. Pourtant, cette loi, dûment défendue par la ministre, n’inclut pas la violence conjugale, ce qui a provoqué la colère des féministes.

L’adoption de cette nouvelle loi intervient dans plusieurs cas de violences qui ont récemment choquées l’opinion publique marocaine. Comme l’agression sexuelle de la jeune fille dans un bus qui avait créé une polémique.