Le coup d’envoi de la 33ème édition du Marathon des Sables (MDS) dans le sud du Maroc a été donné ce 6 avril 2018 dans la localité de Timgaline (Tinghir). Au lieu de 1078 initialement inscrits, c’est au final 977 athlètes qui tenteront cette année de relever le défi de 250Km dans le désert. Aussi populaire qu’excitante, l’activité n’est plus qu’un simple sport mais une partie intégrante de la culture.

Pour une première étape sur six sans grand surprise, c’est les favoris marocains, en série masculine, qui dominent le classement pendant que russe, américaine et danoise sont arrivées en tête, série féminine. Ce sont ainsi respectivement Mohamed El Morabity, Rachid El Morabity (quintuple champion), Abdelkader El Mouaziz et Natalia Sedykh, Magdalena Boulet, Bouchra Eriksen qui devront continuer à prouver leur mérite pour la suite de la course. Cette édition qui s’étendra sur 10 jours de course (6 au 16 avril) connait la participation d’hommes et de femmes venus de 49 pays pour décrocher le maillot jaune de l’étape décisive.

Historiquement, le Marathon des Sables remonte à l’année 1984 lorsque Patrick Bauer décida de parcourir 350km dans le Sahara. Sur un parcours sans oasis, sans village, sans la moindre trace d’existence humaine, le jeune de 28 ans réussit au bout de 12 jours à relever son défi et de déclarer : «C’était un peu dingo, mais j’avais besoin de faire cette traversée en solitaire comme un naufragé du désert. Dans mon sac à dos, j’avais des fruits secs, des dattes, un duvet de l’armée… Et je traînais un réservoir de 15 litres d’eau.» Il a fallu attendre 2 ans plutard (en 1986) pour un véritable début de cette course aujourd’hui prisée dans le monde entier.