En réponse au communiqué de Danone, des propositions d’internautes prennent le dessus et rouvrent le débat. Après sa sortie officielle présentant ses excuses au peuple marocain, Centrale Danone a affiché un début de « remise en cause de soi » sur les prix de ses produits. On peut certainement dire qu’elle a su mesurer tous les enjeux du boycott la visant, elle, ainsi que Sidi Ali et Afriquia. Dans un communiqué rendu public ce 16 mai par l’entreprise, une annonce de la baisse de prix et l’invite à la réconciliation sous le hashtag #réconcilions-nous (réponse au hashtag #laisse-pourrir).  « Cette offre représente est un effort considérable de la part de la société et reflète son désir de réconciliation avec les familles marocaines à l'occasion du mois sacré du Ramadan, où il y a du lait sur chaque table de petit-déjeuner. » a-t-elle déclaré.

Mais de quelle réduction s’agirait-il ?

En effet, l’offre de la Centrale Danone concerne la collection « Zine Bladi » uniquement : à deux packs achetés, le consommateur paye désormais 6dhs au lieu de 7dhs. C’est le prix conseillé chez ses 75000 épiciers.

Qu’en pense-t-on ?

Les boycotteurs ne décolèrent pas, ou disons « le peuple ne semble pas satisfait » puisque le communiqué a été plus que clair en précisant deux choses importantes : d’abord la validité de l’offre pour le ramadan, ensuite la disponibilité à la limite des stocks. Dans une interaction avec les internautes, sur la page officielle de Danone, il ressort des propositions et critiques acerbes contre cette « stratégie dupeuse » selon les commentaires.

Centrale Danone, boycott

Qu’en est-il pour Sidi Ali et Afriquia ?

Considérant « erronées », les informations diffusées sur la qualité, le prix, les impôts et coûts de production de l’eau, les Eaux Oumlès ont, dans un communiqué de presse diffusé ce 9 mai, pris acte du mouvement de boycott et édifié la lanterne des consommateurs. Plus loin, l’entreprise se dit prête à dialoguer et invite des consommateurs à visiter sa source et ses installations à Sidi Ali Cherif, située à Tarmilat les samedis 19 mai, 26 mai, 02 juin et 09 juin 2018. Afriquia, quant à elle, le silence reste privilégié jusqu’à présent.