Ces grosses escroqueries qui gâchent le tourisme au Maroc

Par Tripocco Wed 11 2018

Ces grosses escroqueries qui gâchent le tourisme au Maroc

C’est à la fois confu et complexe ! le tourisme marocain souffre d’un tas de problèmes du jour au jour dénoncés par ses visiteurs. Autant reconnaître que les mesures draconiennes sont annoncées, les escrocs sans scrupule ne cessent de ternir l’image du pays. Si la grande partie des touristes est prête à retourner au royaume, les souvenirs cauchemardesques avec lesquels certains partent sont à circonscrire. Objectif : 20 millions de touristes en 2020, c’est possible si 2018 marquait la fin de ces maux enchevêtrés :

Prix excessifs pour touristes

Combien coûte ce sac de la maroquinerie marocaine ? Eh ben, ça dépend de qui demande au bazar : un étranger, un résident, un indigène, un MRE. Des commerçants fixent les prix spéciaux touristes au dernier barème dans les souks de Marrakech et autres pôles touristiques du pays.

Le phénomène des faux-guides

Le premier interlocuteur de tout touriste au Maroc est un rabatteur. “Je vous offre le meilleur” vous abordera-t-on. Des jeunes qui accueillent devant les aéroports, les ports, les souks, les magasins, les restaurants, les médinas et centres d’affaires. On se présente comme un guide parfait pour mener l’étranger à sa pire expérience de shopping ou de régal raté avec un plat fade de tajine.

Taxi pointé devant les aéroports

Ils vous accueille devant aéroport ou une gare de train. Ils sont les plus rapides et aussi propres que les taxis dits grands. Le hic ! Les chauffeurs de petits taxis sont réputés malhonnêtes par des voyageurs sur Routard et Tripadvisor. Plusieurs techniques d’escroquer éteindre le compteur, emprunter le chemin le plus long possible ou manœuvrer le compteur.

Bagages à payer

Des chauffeurs ne se gênent pas à fixer un prix pour les bagages de l’aéroport à l’hôtel ou une quelconque distance. Souvent discuter selon le poids que peut attribuer le conducteur, ces prix exorbitants constituent une forme d'escroquerie fréquente : guet apens pour touristes.

Chantage teinté de marchandage

Ils sont les plus anonymes de toutes les victimes : ces touristes qui se feraient chanter par une femme de compagnie qui triple le prix sous menace de joindre la police. Même si une femme n’osera appeler un policier dans une affaire de proxénétisme, il faut tout de même s'en méfier.

Une photo à 100dhs

Un petit cliché avec un homme traditionnellement accoutré, un charmeur de serpent, un porteur de pigeon ou un singe sur les épaules à la Place de Jemaa El Fna : payer plus de 4 euros (soit 40 dhs) pour une photo souvenir peut s'avérer excessif.

L’immobilier et ses maux

Nombre des voyageurs souhaitant un long séjour au Maroc optent pour un appartement au centre-ville, dans un quartier huppé, un magnifique Riad ou une maison de vacances dans les alentours des grandes villes. Les agents immobiliers non autorisés pullulent dans le domaine et volent la vedette aux agences légalement constituées.

Pour ne pas tomber dans la gueule du loup :


- Évitez les rabatteurs,

- Exigez un compteur qui fonctionne,

- Mettez votre hôtel en contact avec le conducteur de taxi,

- Ayez l’esprit de discuter les prix : le plus petit prix possible (c’est culturellement marocain),

- Quand le prix est excessif, quittez. Faites-vous prier par le marchand lui-même,

- Retenez les numéros des taxis,

- Adressez-vous à la police pour tout harcèlement,

- Exigez les menus de restos et demandez un reçu,

- Organisez vos excursions avec des agences de voyage.


Laissez un commentaire